retour page d'accueil ŒUVRES COMMENTAIRES ASBL et contact LIENS EXTERNES
 

BIOGRAPHIE  de JOSEPH JONGEN  1873 - 1953   par Paul Raspé

JONGEN, Marie, Alphonse, Nicolas, Joseph, organiste, pianiste, compositeur, chef d’orchestre et pédagogue, né à Liège le 14 décembre 1873 et décédé à Sart-lez-Spa (Jalhay) le 12 juillet 1953

Deuxième des onze enfants nés du mariage d’Alphonse Jongen et de Marie Marguerite Beterman, le petit Joseph fait preuve, dès son plus jeune âge, d’un don très vif pour la musique. Après avoir reçu ses premières leçons de musique de son père, il est inscrit au conservatoire royal de sa ville natale le 10 octobre 1881, par dérogation spéciale (il n’avait pas encore atteint l’âge de huit ans !), en même temps que son frère aîné Alphonse ; il y fera des études exceptionnellement brillantes, sanctionnées par un premier prix de fugue par acclamation en 1891 et, pour la formation instrumentale, par une médaille de vermeil (diplôme supérieur) pour le piano (1892) et pour l’orgue (1896).

   Conservatoire Royal de Liège

Jongen a commencé à composer de la musique dès l’âge de treize ans, vivement encouragé par son père, et il ne s’arrêtera que deux ans avant sa mort… Notons également que son père a noté tous les titres de ses premières compositions dans un petit carnet, avec les dates et les éditeurs éventuels ; par la suite, Joseph Jongen prendra la relève et notera tout lui-même, ce qui nous permet, aujourd'hui, de disposer d'une source d'information sûre sur ses œuvres, ce qui est sans aucun doute un cas unique dans l'histoire de la musique. En été 1893, alors qu’il n’a pas encore vingt ans accomplis, il commence à écrire un quatuor à cordes, qu’il terminera (une première tentative l'année précédente n'avait pas abouti) et présentera l’année suivante au concours annuel de la classe des Beaux-Arts de l’Académie royale de Belgique et qui remportera le prix : ce coup d'essai fut, en réalité un coup de maître, et les membres du jury ne se sont pas trompés en couronnant l'œuvre d'un très jeune compositeur qui faisait déjà preuve d'une maîtrise étonnante. En octobre de la même année, il commence précocement et modestement sa carrière d'enseignant en devenant répétiteur (c'est-à-dire assistant) de la classe d'harmonie au Conservatoire royal de Liège et il restera en fonction jusqu'au 19 février 1898, date à laquelle il sera nommé professeur adjoint de la même classe.

  Encouragé par ces succès, il se prépare au Grand Concours national de composition (appelé familièrement « Prix de Rome belge »), sous la férule de Jean-Théodore Radoux, directeur du Conservatoire royal de Liège. Il se présente au concours de 1895 et remporte le Second Prix, avec sa cantate dramatique Callirhoé ; deux ans plus tard, il se représente et remporte cette fois le Premier Grand Prix, avec sa cantate dramatique Comala : c’est la consécration pour un jeune compositeur de vingt-quatre ans, qui a déjà écrit une soixantaine d'œuvres, surtout vocales, mais aussi quelques pièces d'orgue qui ont déjà fait l'objet d'une publication  par la Veuve Muraille, à Liège. La récompense de sa victoire est l'attribution d'une bourse de voyage de quatre annuités de 4.000 francs-or chacune pour lui permettre de séjourner à l'étranger en vue de parfaire sa formation et sa culture, en Allemagne, en France et en Italie.

Carte postale envoyée de Berlin en 1899

 

En octobre 1898, Jongen quitte donc Liège pour Berlin, qu'il considère alors comme le principal centre musical en Europe. Il y rencontrera le violoniste Eugène Ysaÿe, qui lui commandera un concerto pour violon, que ce dernier ne jouera jamais...  Il y rencontrera également les chefs d'orchestre Nikisch et Weingartner, de même que les compositeurs Gustav Mahler et Richard Strauss. Il découvre alors le concerto pour violon de Brahms, joué par Joachim, alors l'un des plus célèbres violonistes européens. Il assistera à la première des poèmes symphoniques Ein Heldenleben et Don Juan, sous la direction du compositeur Richard Strauss. Il compose une symphonie qu'il jugera lui-même « affreusement longue » (sous l'influence de Mahler?) et séjournera quelques semaines à Bayreuth, pour faire le traditionnel « pèlerinage » wagnérien. De là, il passera ensuite à Munich, où il restera pendant quatre mois et où il composera son concerto pour violon à l'intention de son ami Émile Chaumont. Fin février 1899, il retourne à Berlin, où le violoncelliste liégeois Jean Gérardy, soliste favori de Nikisch, lui commande un concerto pour violoncelle.

Après quelques semaines, il rentre à Liège. La prochaine étape sera Paris, incontournable en cette année de  l'Exposition universelle 1900. Il y fréquentera Vincent d'Indy et le milieu de la Schola Cantorum, mais aussi l'organiste Louis Vierne et le compositeur et organiste Gabriel Fauré. L'année suivante, il part pour Rome, où il se liera d'amitié avec Florent Schmitt, alors pensionnaire à la Villa Médicis. Il y écrira l'un de ses chefs-d'œuvres : le Quatuor avec Piano, opus 23, alors qu'il n'avait même pas de piano à sa disposition... En rentrant en Belgique, il fit un crochet par Paris et fit entendre sa nouvelle œuvre à Vincent d'Indy qui, très enthousiaste, l'invita à la présenter à la Société nationale de musique l'hiver suivant. C'est l'une de ses œuvres les plus jouées : pendant les années d'exil (1914-1919) en Angleterre, elle a été jouée plus de cent fois, toujours avec le plus grand succès. Une autre de ses œuvres les plus jouées et les plus populaires a été écrite la même année, en dix jours, pour se reposer de l'écriture de son quatuor avec piano : il s'agit de la Fantaisie sur deux noëls wallons, pour orchestre.

  Vers 1906

Rentré au pays, il reprend ses activités d'enseignant : son cours d'harmonie au Conservatoire royal de Liège, où il sera titularisé à la date du 30 mai 1911, mais aussi, à partir de 1905, des cours d'orgue, d'harmonie, de contrepoint et de fugue à la Scola Musicae de Schaerbeek, une école fondée par le Liégeois Théo Carlier, laquelle ambitionnait d'être au Conservatoire royal de Bruxelles ce que la Schola Cantorum était au Conservatoire national de Paris, mais qui n'eut qu'une existence éphémère. Quelques années plus tard, il enseignera les mêmes matières à l'Académie de musique d'Ixelles, fondée et dirigée par Théo Ysaÿe, le frère du célèbre violoniste. Au début de l'année 1907, il termine une œuvre originale : un trio pour violon, alto et piano, intitulé Prélude, Variations et Final, un titre qui rappelle une œuvre pour piano de César Franck. C'est l'une de ses œuvres les plus accomplies. à beaucoup d'égards. En 1908, il publie son Quatuor avec Piano, opus 23, à Paris, chez Durand et Fils, l'éditeur de Debussy, de Ravel et plus tard de Fauré. Désormais, sa musique sera beaucoup mieux diffusée et davantage jouée en France.

Jouant sur l'orgue de Royan en 1907

L'année 1909 est une année faste pour Jongen : il épouse, le 26 janvier, à l'hôtel communal de Saint-Gilles (Bruxelles), Valentine Ziane, une pianiste qu'il avait rencontrée chez Octave Maus, l'avocat et animateur de la vie musicale bruxelloise, fondateur du Cercle des XX et de La Libre Esthétique. Jongen lui avait déclaré sa flamme en musique avec une mélodie, Quand ton sourire me surprit et avait composé, pour célébrer leurs fiançailles, Soleil à Midi, une superbe pièce pour piano. Le jeune couple s'installa au n° 3 de la place Loix, à Saint-Gilles (Bruxelles). De ce mariage naîtront trois enfants : Christiane, Josette et Jacques. Mais les parents de sa jeune épouse possédaient un jolie maison de campagne à Cockaifagne, un hameau de Sart-lez-Spa (aujourd'hui dans l'entité de Jalhay). Jongen y passera tous les étés (sauf pendant les années d'exil en Angleterre) et c'est dans un petit pavillon annexe qu'il composera désormais, pendant les congés scolaires, dans un environnement sain et particulièrement reposant.

Au début de l'année 1913, on crée, à La Libre Esthétique, deux de ses œuvres : la Sonate pour violoncelle et piano, dédiée à Pablo Casals, et les Deux Rondes wallonnes, pour piano. Quelques mois plus tard, il termine Impressions d'Ardenne, pour orchestre. En juillet, son concerto de violon est créé par Charles Herman à Scheveningen, avec un succès triomphal. En cette fin d'année, Jongen a maintenant 40 ans : il entre dans sa période de maturité et commence, sans s'en douter, la seconde moitié de son existence.

 vers 1914

Mais le 4 août de l'année suivante, les armées allemandes envahissent la Belgique, dont l'Allemagne avait pourtant été, avec l'Angleterre, l'un des garants les plus sûrs de sa neutralité... Après quelques jours de flottement, et surtout après les massacres de civils, notamment à Dinant, les Jongen décident de quitter Bruxelles pour Westende, où les Ziane avaient une villa de vacances, puis, devant l'avancée des troupes ennemies, il partent pour Dunkerque, afin de gagner l'Angleterre. Une des sœurs de son épouse y était installée avec son mari à West Didsbury, près de Manchester. Plus tard, ils s'installeront à Londres, dans la commune de Saint Marylebone. Ils passeront presque tous les étés à Bornemouth, dans un petit cottage qui remplira le même rôle que celui de Cockaifagne, en offrant au compositeur la quiétude nécessaire à son travail de création. À Londres, Jongen rencontrera plusieurs  musiciens belges émigrés comme lui en Angleterre. Devant la nécessité de gagner sa vie, il donne un grand nombre de récitals d'orgue et fonde, très rapidement, un groupe de musique de chambre dans lequel il joue la partie de piano : d'abord le « Belgian Trio », avec le violoniste Désiré Defauw et le violoncelliste Léon Reuland, ensuite le « Belgian Quartet », avec Désiré Defauw, le célèbre altiste anglais Lionel Tertis et le violoncelliste Émile Doehaerd. Ensemble, ils joueront plus de cent fois son Quatuor avec Piano, opus 23, avec un succès qui ne se démentira jamais. À propos de cette œuvre, il écrira : « J'ai connu là les plus vibrants succès de ma carrière. Après la première exécution de mon Quatuor avec Piano, c'était du délire : quatre, cinq, six rappels !!! ».

  Belgian Quartet

En été 1915, il se remet à la composition et écrit une Suite pour alto et orchestre, à l'intention de son partenaire, l'altiste Lionel Tertis, qui ne la jouera pas ; c'est Maurice Vieux, le professeur d'alto du Conservatoire national supérieur de Paris qui la fera connaître au public après la Grande Guerre. En 1917, Jongen rencontre l'éditeur suisse Kling, qui venait de racheter la maison d'édition Chester : ce dernier est très impressionné par ses œuvres récentes et lui propose de les éditer : après Paris, c'est Londres et tout le monde musical anglo-saxon qui s'ouvre maintenant à lui.

De gauche à droite:

Émile Chaumont

Joseph Jongen

Léon  Jongen

Jean Gérardi

 

 

L'année suivante, il écrit deux superbes sérénades pour quatuor à cordes ; en octobre, il a la surprise et la grande joie de revoir son frère Léon, qui vient passer une semaine avec lui. Léon, qui vivait alors à Paris, se fera l'ambassadeur de son frère auprès des chefs d'orchestre parisiens, avec beaucoup d'efficacité et de succès, ce qui explique que beaucoup de ses œuvres orchestrales y furent jouées dans les meilleures conditions. Au même moment, Jongen écrit une autre de ses œuvres majeures : la Suite pour Piano en forme de Sonate, qui sera publiée par Chester deux ans plus tard. C'est une œuvre en quatre parties, dont chacune peut être jouée séparément. La deuxième partie, La neige sur la Fagne, est un rappel douloureux du bonheur perdu de Cockaifagne ; elle a ceci de particulier qu'elle est écrite sur trois portées au lieu de deux, comme c'est le cas de quelques œuvres pour piano de Debussy et de Ravel, deux compositeurs que Jongen appréciait de plus en plus.

Avant 1920
 

Rentré en Belgique fin janvier 1919, Jongen ne peut pas réintégrer tout de suite la maison de la place Loix, qui avait été réquisitionnée par l'occupant et attribuée à d'autres locataires. Il passe quelques semaines dans la maison familiale du Mont-Saint-Martin à Liège, puis rue du Portugal à Saint-Gilles (Bruxelles), chez sa sœur Anna.

Il apprend que son vieil ami le violoniste Émile Chaumont a pu sauver quelques meubles et surtout l'ensemble de ses manuscrits, qu'il n'avait pas pu emporter lors de sa fuite. Pour le remercier de cet acte de dévouement et de courage, il écrit à son intention un Poème héroïque pour Violon et Orchestre, opus 62. Chaumont avait également pris contact avec Léon Frings, le fondateur des Éditions Musicales de l'Art Belge, dès 1915 et lui avait suggéré de publier des œuvres de Jongen.

Le 11 août 1919, ce dernier signait ses premiers contrats de cession pour huit mélodies avec piano, ainsi que pour le Poème pour Violoncelle et Orchestre, dans sa version pour violoncelle et piano. Frings allait devenir son éditeur le plus important en Belgique ; comme il avait établi un excellent réseau de correspondants en Europe et au Canada, les œuvres de Jongen allaient connaître dorénavant une diffusion encore plus large.

Le 27 août 1920, Jongen était nommé professeur de fugue au Conservatoire royal de Bruxelles. Désormais, toutes ses activités pédagogiques auront lieu à Bruxelles et ses visites à Liège seront beaucoup moins fréquentes. Il enseignera la fugue pendant treize années scolaires, durant lesquelles  trente-deux premiers prix furent attribués à ses élèves, dont deux avec grande distinction (l'un d'eux au  violoniste Carlo Van Neste), et douze avec distinction, notamment aux compositeurs Léon Stekke et Sylvain Vouillemin, aux pianistes Rosane Van Neste (sœur du violoniste) et Suzanne Hennebert. En 1921, il était invité, pour la première fois, à faire partie du jury du Gand Concours de composition (Prix de Rome belge).

Conservatoire royal de Bruxelles

En ce qui concerne ses activités d'interprète, Jongen continue à jouer de l'orgue, notamment lors de l'inauguration de nouveaux instruments (ce sera le cas en 1930 pour l'orgue du Palais des Beaux-Arts et pour l'orgue de l'Exposition universelle de Liège, en 1940 pour l'orgue de l'I.N.R.-N.I.R.), mais en 1920, il est invité à diriger les concerts des Concerts Spirituels, une association de choristes et de musiciens amateurs fondée l'année précédente par un musicien médiocre et placée sous le patronage du cardinal Mercier. Très rapidement, il s'imposera comme chef d'orchestre et  programmera des œuvres nouvelles, dont certaines seront exécutées pour la première fois en Belgique, sous sa direction : le Psaume XLVII de Florent Schmitt, le Cantique des créatures d'Inghelbrecht, Le Roi David d'Arthur Honegger, le San Francesco d'Assisi de Gian Francesco Malipiero ainsi que Le cantique des cantiques d'Enrico Bossi. Il cessera cette activité lorsqu'il sera nommé directeur du Conservatoire royal de Bruxelles en 1925, mais gardera un excellent souvenir du travail réalisé : « bien qu'avec un choeur d'amateurs et un orchestre à cette époque très médiocre, nous avons fait de la bonne besogne (…) et je puis affirmer que jamais nous n'avons eu d'exécution médiocre tant nous avons eu d'enthousiasme autour de nous ».

Les années vingt sont pour Jongen compositeur des années fastes et les chefs-d'œuvre se succèdent : le Troisième Quatuor, terminé en 1921, est créé le jeudi 15 février 1923 par le Quatuor Pro Arte dans la grande salle du Conservatoire royal de Bruxelles, de même que les Treize Préludes pour Piano, écrits en 1922, joués pour la première fois en public le même soir le dédicataire Émile Bosquet, et enfin, toujours le même soir, la Rhapsodie pour Piano et Instruments à vent, une œuvre d'un modernisme étonnant, dont certains passages font penser à Ravel et même à Stravinsky. L'année 1923 voit naître l'une de ses œuvres les plus réussies et les plus populaires, le Concert à cinq, pour harpe, flûte, violon, alto et violoncelle, opus 71, écrit pour le harpiste Marcel Grandjany, qui lui écrira : « Je tiens à vous dire (…) combien je suis heureux de jouer votre Concert à cinq en première audition à notre concert. Je suis absolument dans la joie d'avoir une œuvre de cette valeur au répertoire de mon instrument – la partie de harpe « sonne » merveilleusement bien ». Jongen devait noter, dans ses Quelques réflexions au sujet de mes œuvres : « peut-être la plus jouée de toutes mes œuvres. Près de 800 fois par le seul groupe Le Roy ». Dans la notice consacrée à son frère Joseph, Léon Jongen complète en affirmant que l'œuvre a été jouée en outre 400 fois rien qu'aux États Unis... Cette même année, deux articles lui sont consacrés, l'un par Charles Van den Borren, dans Arts et Lettres d'aujourd'hui (n° 6, du 16 février 1923) et par Auguste Getteman dans la très influente Revue Musicale de Paris (1er juillet 1923). Dans les deux cas, la notice biographique est complétée par le catalogue des œuvres. L'année suivante, Jongen allait écrire une Sonate pour flûte et piano, pour le flûtiste français René Le Roy, qui avait donné avec Grandjany et d'autres la  première audition publique de son Concert à cinq.

Avec Eugène Ysaÿe et son fils Gabriel  en 1930 au Cinquantenaire

 En août 1927, Jongen termina, à Cockaifagne, son dernier chef-d'œuvre : sa Symphonie concertante pour orchestre et orgue principal, opus 81, dédiée à son frère Léon et jouée pour la première fois en public le 11 février 1928 par lui-même à l'orgue, sous la direction de Désiré Defauw. Le vieil Eugène Ysaÿe, qui assistait à la première, lui écrivit trois jours plus tard pour lui dire son admiration et son enthousiasme :

« Laissez-moi vous dire combien mon vieux cœur de musicien et de Wallon fut réjoui, ému, conquis par votre nouvelle symphonie (…) c'est un chef-d'œuvre, un monument qui fait honneur au pays tout entier et à la Wallonie en particulier (…) C'est attachant, varié, très personnel, riche en couleurs, plein d'harmonies curieuses (…) c'est nouveau mais en restant distingué, sans heurts violents (j'ai perçu un petit coin bitonal qui m'a fort diverti). La forme est claire, le plan bien dessiné et c'est tout le temps de la musique, de la bonne et saine musique qui parle, exprime, chante, intéresse constamment, suscite l'enthousiasme (…). Merci du tréfonds de mon cœur pour les fortes émotions que j'ai éprouvées (…) ».

 Aujourd'hui encore, cette œuvre est jouée environ 300 fois par an rien qu'aux États-Unis, où elle jouit d'une incroyable popularité. En 1930, il écrivit sa meilleure œuvre pour orgue solo, sa Sonata Eroïca, pour l'inauguration des orgues monumentales de la grande salle (aujourd'hui Salle Henry Le Boeuf) du Palais des Beaux-Arts.

Avec Eugène et Gabriel Ysaÿe

En 1934, à l'occasion de son soixantième anniversaire, mais aussi de la composition de son opus 100, Jongen fut fêté au Conservatoire par un concert de ses œuvres de musique de chambre et le lendemain par un concert de ses œuvres symphonique au Palais des Beaux-Arts, sous la direction du chef d'orchestre Erich Kleiber. Il reçut à cette occasion son portrait peint par l'artiste français Paul Charavel, médaille d'or au Salon des artistes français en 1927. 

Parmi ses dernières œuvres, on notera trois morceaux de concours pour alto et piano, écrits à la demande de Maurice Vieux pour le concours public du Conservatoire national supérieur de Paris : Allegro appassionato, opus 79 (1925) ; Introduction et Danse, opus 102 (1935), et le Concertino, opus 111 (1940). On se souviendra que Jongen éprouvait pour Vieux un vif sentiment d'admiration et de reconnaissance, puisque c'était lui qui avait révélé au public sa Suite pour alto et orchestre, opus 48, après la défection de Lionel Tertis.

Dans le pavillon de sa propriété à Sart

Le 10 mai 1940, les armées allemandes envahissaient, pour la seconde fois, la Belgique. Fuyant les bombes, les Jongen prirent, comme tant d'autres Belges, la route de l'exil et arrivèrent, après un voyage chaotique de dix-sept jours, à Mazères, dans l'Arriège, où ils trouvèrent un logement. C'est là que Jongen eut l'idée, pour tromper l'ennui et à la suggestion d'une amie fidèle, de commencer à écrire ses Souvenirs d'Enfance et de Jeunesse.

Après son retour à Bruxelles, Jongen s'efforça de reprendre la plume et de composer. Il écrivit alors quelques œuvres (chœurs et pièces pour piano, à destination de ses petits-enfants) qui connurent un grand succès. Il écrivit également quelques morceaux inédits pour différents instruments, pour les concours publics du Conservatoire royal de Bruxelles, à la demande de son frère Léon, qui lui avait succédé à la tête de l'institution. En 1943, il rencontra le pianiste Eduardo del Pueyo, qui lui demanda de lui écrire un concerto pour piano ; après des débuts très difficiles (Jongen était à l'époque très déprimé), il réussit à le terminer et il fut créé au Palais des Beaux-Arts le 6 janvier 1944, avec un succès triomphal. Il fut souvent joué par la suite par le dédicataire puis par d'autres pianistes. Quelques mois plus tard, ce fut au tour de la harpiste Mireille Flour de lui demander un concerto pour son instrument.

Depuis l'arrestation de son fils Jacques et de sa belle-fille France, tous deux actifs dans la Résistance et déportés vers Buchenwald, Jongen était dans un état de désespoir et de prostration inquiétant ; par bonheur, il reçut quelques mois plus tard des nouvelles de son fils, qui avait été libéré par les Américains et se trouvait à Weimar en bonne santé. 

Sa joie fut indescriptible et lui donna des ailes pour achever le concerto commencé et abandonné, qu'il termina en quelques semaines. Après la Libération, la Société Libre d'Émulation de Liège lui rendit un hommage solennel à l'occasion de son septantième anniversaire (1943), qui n'avait pu être célébré pendant la guerre. Jongen écrivit encore un Trio à cordes pour le célèbre Trio Pasquier de Paris puis, pour célébrer le vingt-cinquième anniversaire de la création de la Société philharmonique de Bruxelles, une œuvre pour grand orchestre, Trois Mouvements symphoniques, opus 137, qui connut un incroyable succès lors de la première.

Après un été 1952 particulièrement heureux passé à Cockaifagne, Madame Jongen tomba malade et son état empira assez rapidement, ce qui perturba grandement la vie familiale. À son tour, Jongen commença  souffrir d'une maladie intestinale (probablement un cancer) et il décéda à Sart-lez-Spa le 12 juillet 1953, quelques mois avant son quatre-vingtième anniversaire. Avec lui disparaissait l'un des compositeurs les plus doués de sa génération. En réalité, parti de l'héritage allemand et français, Jongen a trouvé très rapidement un langage musical personnel qu'il n'a pas cessé de développer en toute liberté, à l'écart des grands courants novateurs et des coteries, et c'est précisément cette liberté et cette indépendance que nous apprécions aujourd'hui dans son œuvre, qui compte plus de 140 numéros, où l'on trouve presque tous les genres (sauf l'opéra), avec une prédilection pour l'orgue, le piano et la musique de chambre.

Jongen était titulaire de nombreuses distinctions honorifiques : Officier d'Académie, Chevalier de l'ordre de Léopold, Officier de l'ordre de Léopold, Chevalier de la Légion d'honneur, Commandeur de l'ordre de la Couronne (1926), Croix civique de première classe (1929), Médaille commémorative du Centenaire (1931), Commandeur de l'ordre de Léopold (1932), Grand Officier de l'ordre de Léopold II (1934), Commandeur de la Légion d'honneur (1936), Grand Officier de l'ordre de la Couronne (1938) et Commandeur de l'ordre de la Couronne de Chêne (1938).

 

Il a été élu membre correspondant de la Classe des Beaux-Arts de l'Académie royale de Belgique le 1er juillet 1920 et membre effectif le 1er juillet 1921. Il fut appelé à diriger sa classe en 1929 et 1950 et à présider l'Académie en 1950.

Conservatoire royal de Liège, matricule des professeurs.

Conservatoire royal de Bruxelles, matricule des professeurs.

Conservatoire royal de Bruxelles : Fonds J. Jongen (archives et manuscrits autographes du compositeur).

J. Jongen, Quelques réflexions sur mes œuvres, manuscrit autographe

J. Jongen, Souvenirs d'Enfance et de Jeunesse, manuscrit autographe (4 cahiers)

L. Jongen, Notice sur Joseph Jongen, dans Annuaire de l'Académie royale de Belgique, CXX, 1954, p. 193-253.

J.S. Witheley, Joseph Jongen and His Organ Music. Stuyvesant (N.Y.), 1997.

P. Raspé, Joseph Jongen (1873-1953). Une vie de musicien [catalogue d’exposition]. Bruxelles, 2003.

Th. Levaux (dir.), Dictionnaire des compositeurs de Belgique du Moyen Âge à nos jours. Ohain-Lasne,  2006.

La biographie provient de la Notice sur Joseph Jongen par Paul Raspé, 2003 commanditée
par l’Académie royale de Belgique, et publiée dans le volume 14 de la Nouvelle Biographie nationale

Publié sur le site « Les Amis de Joseph Jongen »

avec la gracieuse autorisation de Académie royale de Belgique

 

Tenant compte des souvenirs rédigés par Jacques en 1996 à l’adresse de ses enfants, ceux-ci souhaitent, à la lecture de la notice en 2019, apporter les corrections et précisions suivantes :
Jacques est « entré » dans la résistance début février 1942, dans une cellule sous la dépendance de André Wendelen. Par prudence celui-ci la voulut restreinte et étanche; elle fournissait du matériel parachuté d’Angleterre à quelques groupes parmi lesquels le GROUPE G.  Il est arrêté le 18 avril 1944, sa femme, France, aussitôt enfermée à la prison de Saint-Gilles jusqu’à la libération de Bruxelles. Déporté à Buchenwald, puis déplacé dans une usine de munitions dans la Ruhr, il a été libéré le 1er avril 1945 par les Américains.